KENNOL

KENNOL WORLD CHAMPION IN GP2!

KENNOL CHAMPION DU MONDE GP2 !


Pour sa première saison dans l’élite mondiale des sports mécaniques, KENNOL frappe un grand coup, en remportant le titre de Champion du Monde en GP2 (l’antichambre de la F1) avec Fabio LEIMER, et accroche même la 3ème place au classement par équipes ! Les courses se sont enchaînées avec beaucoup de rebondissements toute l’année, et il a fallu attendre le dernier GP de la saison pour décrocher cette couronne mondiale.

Je suis très fier de tout le travail accompli par l’équipe.

Alfonso de Orléans-Borbón, R.E. Président

L’année dernière nous avions tout, sauf la chance. J’ai cru après 4 GP en 2013 que tout se répétait… Mais non !

Fabio LEIMER

 

LA CONSÉCRATION D’UN VÉRITABLE TALENT

Fabio Leimer (Racing Engineering) est le champion GP2 2013, et succède au palmarès à Davide Valsecchi. Le Suisse a obtenu la quatrième place de la Course 1 du dernier meeting de la saison, à Abou Dabi, et donc définitivement écarté son ultime rival mathématique, le Britannique Sam Bird (Russian Time), qui a terminé dixième. La course a été remportée par l’Etasunien Alexander Rossi (Caterham), auteur de la pole position.

Fabio LEIMER: “Champion GP2, ça sonne vraiment bien », a déclaré le lauréat. « Je n’arrive toujours pas à y croire, c’est sensationnel car la GP2 est la catégorie la plus relevée en dehors de la Formule 1, et peu peuvent se prévaloir d’avoir gagné ce championnat ! La saison 2013 a été très sympa car au début Coletti a beaucoup mené, avec Nasr, puis ils ont eu des problèmes et Bird et moi avons progressé, marqué de plus en plus régulièrement, jusqu’à être très proches à la fin.” Fabio a d’ailleurs eu un mot pour son adversaire malheureux. « J’ai pris un bon départ et j’ai immédiatement vu que Sam avait calé, et je suis désolé pour lui. C’est un type bien, l’un des plus réglos en piste, très ouvert, viril mais correct. Je pense qu’il aurait aussi mérité d’être champion, mais à la fin il n’en fallait qu’un », a-t-il dit.

 

UN PILOTE EN PROGRESSION TECHNIQUE CONSTANTE

Leimer vient d’un canton germanique de la Suisse, celui d’Argovie, et c’est à l’âge de 14 ans, en 2003, qu’il remporte son tout premier titre : celui de champion de Suisse junior de karting. Après d’autres excellents résultats en kart, il passe à la Formule BMW en 2006, changeant d’équipe en cours de saison, et terminant 18è au championnat. En 2007, il se dirige vers la Formule Renault 2.0.


Leimer vient d’un canton germanique de la Suisse, celui d’Argovie, et c’est à l’âge de 14 ans, en 2003, qu’il remporte son tout premier titre : celui de champion de Suisse junior de karting. Après d’autres excellents résultats en kart, il passe à la Formule BMW en 2006, changeant d’équipe en cours de saison, et terminant 18è au championnat. En 2007, il se dirige vers la Formule Renault 2.0.

Ce succès lui a permis de remporter un prix : le droit d’essayer une GP2 de DAMS au Paul Ricard. Il effectue ses débuts dans la catégorie l’hiver 2009-2010 en GP2 Européenne. Ses débuts sont tonitruants : après une 8è place lors de la première manche inaugurale de la saison à Barcelone, il obtient la pole de la grille inversée et s’impose le dimanche après une course menée de bout en bout ! En 2011, Fabio Leimer reste en GP2 mais change d’équipe : il passe chez Rapax. Cinquième en GP2 Asie, Leimer s’illustre une nouvelle fois à Barcelone le dimanche en GP2 Europe en remportant la course après s’être élancé depuis la pole (suite à la disqualification de Romain Grosjean la veille). Il gagne également à Abu Dhabi, mais cette manche ne comptait pas pour le championnat du monde, où il finit 14è. Le talent est palpable, mais la structure technique autour de lui trop peu performante…

Changement d’équipe prépondérant pour Leimer en 2012 : il pilote pour Racing Engineering, un team qui a déjà brillé en GP2 notamment les saisons précédentes. Le Suisse n’obtient cette fois aucune victoire mais est bien plus constant, avec six podiums et 152 points au compteur. Cela le place à la septième place du championnat du monde, non loin de Van Der Garde, Chilton et Gutierrez, qui montent en F1 en 2013. Cette expérience le structure encore plus, la maturité du pilote arrive véritablement. Cette régularité acquise, LEIMER peut se consacrer à la performance dorénavant, et la saison 2013 semble toute indiquée pour briller enfin au-dessus du reste du plateau…malgré la simplicité et le fair-play indéniable qui animent le jeune pilote !

 

UN TREMPLIN INESTIMABLE POUR UNE CARRIÈRE DE PILOTE

L’année débute bien avec deux victoires en Malaisie et à Bahreïn. Mais tout bascule en Espagne et à Monaco où le Suisse n’inscrit aucun point suite à des accidents provoqués par des adversaires directs, et voit Coletti s’envoler au championnat… Pourtant, Fabio Leimer ne baisse pas les bras et croit encore en ses chances : depuis une quatrième place lors de la course 1 en Allemagne, il n’a plus terminé une course sous la 6è place !

C’est sur cette série de 11 courses dans les points qu’il décroche ce titre de champion de GP2 à Abu Dhabi lors de la course 1, grâce à une quatrième place. Rappelons que Sam Bird, son principal rival, avait calé au départ, mais faisait partie des 3 pilotes en tête du championnat pouvant remporter le titre ors de ce dernier Grand Prix !

Que lui réserve l’avenir ? Avec ce titre, il ne peut plus concourir en GP2, il faudra donc qu’il trouve une autre catégorie. Si son nom n’a pas encore été évoqué pour un baquet en Formule 1 en 2014, mais ce titre de GP2 peut lui ouvrir des portes qui pouvaient lui sembler fermées jusque là. A suivre…

En attendant, profitez de cette vidéo exclusive au cœur de l’action, avec Fabio LEIMER, Racing Engineering, et KENNOL, au travers de cette saison 2013 d’anthologie :


KENNOL | 2013 GP2 – First 8 GP2 week-ends